Pourquoi ne souhaite-t-on pas connaître le sexe du bébé ?

Parce-que !!

Bon , si je dois développer en fait nous avons plein de ( plus ou moins bonnes …) raisons .

Tout d’abord , la principale : cela nous importe peu . Fille ou garçon , nous avons souhaité cet enfant . Je ne ressens pas le besoin de savoir pour me projeter . Mais je comprends tout à fait ceux qui souhaitent connaître le sexe du bébé !

Nous avons fait la même chose pour nos 2 premiers enfants . Et c’est tellement drôle de voir chacun y aller de son avis ! Beaucoup « savaient  » que j’attendais des garçons … je précise que j’ai 2 filles hein !

Pour ce 3 ème , je tiens une liste avec les suppositions de mes copines . Et la balance est encore en faveur d’un garçon … ( dois-je en déduire qu’il s’agit d’une 3 ème fille ?)

Cela me laisse le temps de la grossesse avec ce mystère qui sera bien assez vite élucidé et j’avoue aussi qu’au moment de l’accouchement l’envie de savoir qui se cache là depuis des mois me motive comme jamais , la révélation est un peu ma  » récompense « .

Je gagne du temps … après 2 filles , on nous  » souhaite  » le garçon . Pour nous c’est égal , et je me dis que si c’est une 3ème minette , j’aurai gagné 9 mois de tranquillité sur son genre !

Cela me calme au niveau des achats . C’est fou comme tout est genré . Rose ou bleu . Pas facile de trouver du neutre , du mixte , ce qui limite mes achats compulsifs , et c’est toujours ça de pris ! J’aurai bien le temps d’acheter des petites robes ou des pulls avec des tracteurs .

Un autre argument , qui vaut ce qu’il vaut hein , il n’y a pas si longtemps on ne savait le sexe du bébé qu’à la naissance et c’était normal . Maintenant l’échographie semble souvent être un spectacle , pour moi cela reste avant tout un examen médical à visée diagnostique , je veux juste savoir si mon enfant va bien .

Pas de gender reveal party . On en fait un peu trop parfois je trouve . Entre l’annonce de la grossesse , l’annonce du sexe , la baby shower … ça fait beaucoup .

Nos filles espèrent une petite soeur pour la grande et un petit frère pour la petite . Une chose de sûre , l’une des deux sera satisfaite !

Si je devais citer l’inconvénient pour moi dans tout ça , c’est que l’on doit chercher 2 prénoms , et donc se mettre d’accord 2 fois … mais ça c’est un autre sujet … et non , on n’a pas encore trouvé …

À bientôt !

Julie

Être enceinte au Japon

Hello !

Notre petit 3 ème est en route !

Et cette fois ci pour la première fois , mon suivi de grossesse et mon accouchement ne se feront pas en France mais au Japon .

J’avoue être contente d’avoir un peu d’experience . J’ai ainsi une idée de ce qui m’attend pour les mois qui arrivent même si chaque grossesse a ses nouveautés bien sûr !

Pour mes filles j’ai été suivie à la maternité de La Croix-rousse , à Lyon . Il s’agit d’un hôpital public et j’avoue avoir été satisfaite des soins et du personnel soignant .

Pour ce 3 ème petit , les choses s’annoncent différemment .

Je suis à 10 000 kilomètres de chez moi , et je prévois d’accoucher à Tokyo . J’aurai bien fait venir ma maman pour quelques semaines mais actuellement les frontières sont toujours fermées et nous n’avons aucune idée de ce que sera la situation à l’automne .

Alors qu’est-ce-que cela change ?

Et bien finalement , pas mal de choses …

Je découvre au fur et à mesure que ma grossesse avance , les démarches à effectuer et les spécificités du suivi ici .

Comme dans toutes les grandes villes , il faut s’inscrire très rapidement dans la maternité que l’on choisit pour « réserver sa place » . Pour le privé , il faut même déjà payer pour garder sa place .

Pour le choix de la maternité , cela a été assez simple , j’ai choisi la clinique dans laquelle mon gynécologue exerce , il parle anglais et pratique les péridurales ( ce qui n’est pas systématiquement possible ici). Certaines n’ont pas d’anesthésiste du tout et d’autres seulement en semaines aux heures ouvrables … La maternité bénéficie d’un service de réanimation sur place et d’urgences pour les petits , bref , tout ce que je recherchais .

J’ai été étonnée de voir que mon médecin fait  » tout  » ! Des rdv de suivi , aux échographies , à l’accouchement , césarienne si nécessaire , péridurale , un seul interlocuteur . Il est partout ! (je me demande quand est-ce-que cet homme se repose …).

Le suivi est assez classique pour le 1 er trimestre avec une échographie de datation , puis une échographie à 12 semaines d’aménorrhée , à ce moment il y a le tri test , avec prise de sang , mesures diverses dont la clarté nucale qui induisent ou non selon les résultats des examens plus poussés . Ici on peut bénéficier si nécessaire du NIPT ( test adn non invasif ), il me semble que ce test n’est pas disponible de partout . Lors de ce rdv des 3 mois il y a aussi toute une pléiade de calculs de risques , quels sont les risques de preeclampsie ? de prématurité ?

Au 4 ème mois , rdv classique avec écho , au 5 ème mois échographie morphologique .

Au 6 ème mois j’aurai le test du glucose , ce qui est il me semble un peu plus tard qu’en France. Il semblerait aussi que les modalités ne soient pas les mêmes , je vous raconterai ça .

Petite update : j’ai passé le test du glucose et tout va bien . Ici on ne fait pas directement le test sur 2 h mais on commence avec une version soft et si les résultats sont bons on s’arrête là . Je n’ai donc eu que le test de base . Pas besoin d’être à jeun , ingestion de 50 g de glucose ( servi frais , sorte de soda au citron , ça passe ) et prise de sang à 1 h .

1 visite prévue au 7 ème mois

Puis toutes les 2 semaines pour le 8 ème mois ,

Puis 1x/ semaine pour le 9 ème mois …

A chaque rdv , analyse d’urine , tension artérielle , pesée , échographie . Bref on est bien surveillée ! Les analyses de sang sont ponctuelles et se font sur place , c’est pratique , pas besoin d’aller dans un laboratoire extérieur . Dès la première échographie , les images sont mises sur clé USB , ce qui permet de repartir avec la vidéo de l’écho , appréciable car pour cause de covid 19 les papas ne sont pas autorisés aux rdv au début de ma grossesse ( maintenant c’est à nouveau possible ). 

Concernant la partie administrative , dès que l’on apprend sa grossesse , il faut aller la déclarer auprès des services de la mairie . Aucun justificatif n’est demandé …

On vous remet alors tout un tas de documents dont le livret maman/ bébé qui fait office de carnet de grossesse puis de carnet de santé pour le bébé .

On reçoit aussi une enveloppe contenant les coupons nécessaires pour le remboursement de la part des soins prise en charge par l’Etat .

Avec tout ça plein de prospectus divers pour des services d’aide , de conseils et aussi des cours de préparation ( dont 1 auquel j’aurai adoré trainer mon mari car il y a essai d’un « ventre de grossesse  » pour le partenaire … oui oui … ).

Il y a un entretien entre la 15 ème et la 32 ème semaine d’aménorrhée , je compte m’y rendre afin de connaitre les démarches à effectuer à la naissance pour la déclaration du bébé par exemple . En participant à cet entretien , vous recevez un « kit naissance » durant la 33 ème semaine fourni par la ville( j’ai hâte de voir ce qu’il contient ! ).

Justement ce rdv , j’y suis allée depuis la première parution de l’article . On nous remet une sorte de planning avec les rdv possibles via la mairie , suivi , préparation , vaccins du bébé , services disponibles . Aussi on m’a remis à cette occasion une carte de taxi d’une valeur de 10 000 yens ( sympa ! et ce n’est pas réservé pour se rendre aux rdv médicaux …).

Je recevrai mon welcome package pour bébé au mois de novembre .

C’est également là que l’on nous remet le petit badge qui indique que l’on est enceinte , utile dans les transports en commun et aussi en cas de malaise par exemple .

Petite spécificité ici : enceinte on peut s’inscrire auprès d’une compagnie de taxi qui propose ses services aux futures mamans . Après inscription , on reçoit une carte de membre avec un numéro d’adhérent et il est possible de commander un taxi pour ses rdv médicaux ou son shopping . Mais sur cette carte il y a aussi un numéro prioritaire spécial pour le jour de l’accouchement . Le taxi vient chez vous ( vous avez rentré toutes les infos au préalable ) et sait où il doit vous emmener . Ces chauffeurs ont reçu une formation auprès de sage-femmes et peuvent prodiguer une aide de base . Ils ont un kit spécial , des sièges waterproof , et ne font pas payer de frais supplémentaires en cas de perte des eaux sur la banquette arrière ! Bref je ne sais pas si j’utiliserai leurs services mais je trouve rassurant d’être inscrite et aussi malin afin de ne pas saturer les ambulances ou pompiers.

Je me suis inscrite sur km my taxi , qui couvre tous les arrondissements de Tokyo .

Sinon , là où ça se complique c’est par exemple pour les vêtements de grossesse … il y a peu d’offre ou alors c’est bof bof … vous pouvez trouver quelques vêtements chez Muji ou Uniqlo , en ligne sur H&M et Gap . Les grands magasins type Isetan proposent aussi des rayons maternité mais pas toujours adaptés aux non japonaises . 

Mention spéciale pour les vêtements de nuit d’allaitement , look grand-mère dans le petit chaperon-rouge garanti ! ( couleur pastel, dentelle , longueur jusqu’aux pieds et col bien haut …). 

Bref je commande en ligne pour trouver ( ma taille … ) et mon bonheur ! 

Mes copines ayant accouché ici m’ont un peu parlé du séjour la maternité qui s’annonce prometteur , mais patience … je vous raconterai ça plus tard . 

Pour l’instant j’en suis à 21 semaines , je me sens bien suivie . Le fait de ne voir qu’un spécialiste favorise un meilleur suivi . 

Je mettrai  cet article à jour petit à petit en fonction de mes futures découvertes …

À bientôt !

Julie

 

 

 

 

 

Le bar à mini-cochons

Hello !!

Après avoir testé plusieurs bars à animaux ( chiens , chats , hérissons , loutres , lapins , chouettes …) il en restait un sur ma liste .

Le bar à petits cochons !

Et bien c’est chose faite , hier , je m’y suis rendue avec mes filles . Elles ont adoré et je dois avouer que j’ai passé un très bon moment à caresser ces petites bêtes très affectueuses et pas du tout farouches !

Nous étions seules hier après -midi . Du coup les petits animaux étaient ravis d’avoir de la visite . A peine arrivées , après avoir retiré nos chaussures et un lavage de mains , nous voici entrées dans la salle de jeux .

On s’assoit à une petite table , on nous donne une petite couverture et 2 secondes plus tard ils sont sur nos genoux , à la recherche d’un endroit confortable et aussi en quête de gratouilles.

Ils essayent de se caler et se chamaillent pour prendre la place d’un autre , cela ne manque pas d’animation .

Contrairement aux chats qui snobent et aux chiens parfois méfiants surtout avec les enfants , les hérissons qui sont des animaux nocturnes , les cochons sont actifs et très en recherche d’attention . Ils sont très confiants même avec les petits et du coup mes filles ont bien profité de ce moment , elles n’ont pas eu peur et ont apprécié cette rencontre .

Les cochons sont propres , ils vont dans leur litière , pas de mauvaises odeurs , ils mangent de tout et peuvent se dresser apparement assez facilement .

Ceux que nous avons rencontré avaient entre 3 mois et 1 an .

Il existe plusieurs bars de ce genre dans mon quartier .

Nous sommes allées au Mipig , près de Takeshita Street à Shibuya , réservation recommandée en ligne .

Entrée 1000 yens pour 30 minutes .

Alors , ça vous tente ? 

À bientôt !

Julie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lecture : Changer l’eau des fleurs

Hello !!

Gros coup de coeur lecture ! Je viens tout juste de terminer le roman Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin .

Il s’agit d’un roman à la fois doux et dur . La palette des émotions est complète et c’est un vrai plaisir de lecture .

L’héroine est Violette , une femme au parcours difficile qui devient garde -barrière avec son mari avant d’être garde cimetière .

Tous les personnages sont attachants et évoluent au fil de l’histoire . Les personnages secondaires sont essentiels et très touchants .

L’écriture de Valérie Perrin permet une visualisation de chaque scène , je trouve que l’on se figure parfaitement tous les décors , les lieux , les personnages .

Ponctué par les enterrements qui ont lieu dans le cimetière que garde Violette , le roman est loin d’être macabre mais au contraire il est plein d’espoir et de douceur , j’ai même ralenti ma lecture pour ne pas le terminer trop vite …

Et du coup j’ai commandé son premier roman , Les oubliés du dimanche .

À bientôt !

Julie

Merci Belle-maman pour la jolie découverte !


Changer l’eau des fleurs

Valérie Perrin

Livre de poche n ° 35366

8,90 euros

674 pages

3 mois de confinement , le bilan

Hello !!

Ici à Tokyo , depuis fin février l’annonce de la fermeture des écoles a chamboulé notre routine . Ensuite le confinement a été mis en place et c’est la vie entière qui a changé de rythme .

Le confinement ici a été « soft  » c’est à dire que le système était basé sur le respect et le bon sens de chacun . Nous avions des recommandations de base avec des rappels quotidiens à la population à rester chez soi et limiter les sorties au strict nécessaire ( courses et visites médicales ). En pratique , les parcs sont restés très fréquentés et ont parfois dû fermer notamment durant la période des cerisiers en fleurs . Les commerces non essentiels ont fermé petit à petit .

La Golden Week était une période particulièrement à risque puisqu’il s’agit de LA semaine de vacances des japonais et que généralement les villes se vident au profit des lieux touristiques de villégiature . Bon nombre de gens ont annulé leurs projets afin de préserver au mieux les plus petites villes en évitant de prendre le risque de les contaminer .

Tokyo n’a jamais été aussi calme . Shibuya était silencieuse et désertée … c’était très étrange quand on a l’habitude de la voir animée , bruyante et grouillante de monde . Aussi plus aucun touriste dans les parages , ils ne reste que les japonais et les étrangers résidents .

Durant ces 3 mois nous sommes passés par différents états .

  • Le choc de l’annonce : nous avions beau suivre les infos et voir la situation en Chine toute proche , le jour de l’annonce de la fermeture des écoles , il a fallu un peu de temps pour assimiler la nouvelle …
  • L’organisation : une fois cette nouvelle digérée , le temps  est venu de mettre en place des stratégies d’adaptation . C’est là qu’on s’est lancés dans des challenges divers et qu’on s’est fixé des objectifs ( qu’on n’a pas tenus …).
  • L’acceptation : une nouvelle routine est née , on a modifié totalement notre rythme , levé tardif , école à la maison , livraison des courses …
  • Le ras le bol : au bout de quelques semaines comme ça est venu le ras le bol , le gros j’en ai marre , le je veux sortir et reprendre ma vie d’avant
  • L’acceptation phase 2 : c’est là seulement quand on voit le bout du tunnel qu’on se motive en se disant que ça va aller , on peut tenir encore , on peut le faire , on doit le faire , ça va aller .

Durant ces étapes , nous avons eu la chance d’être ensemble , tous les 4 et je suis fière de dire que cela s’est bien passé .

Nos proches et nous même allons bien et c’est sans doute la seule chose qui compte .

Aujourd’hui l’Etat d’urgence est levé à Tokyo . Certaines écoles vont réouvrir   . La vie va reprendre sa nouvelle normalité avec masques / lavages de mains et précautions , on va s’adapter à nouveau j’en suis sûre …

Pour illustrer cet article , je vais vous montrer quelques photos de ce qui s’est passé chez nous ces derniers mois . De jolies choses , quelques échecs , des bons moments , de bons repas , une maison dans un sacré bazar , des rigolades , des siestes , bref , notre vie confinée !

En espérant que chez vous tout va bien , je vous dis à bientôt !

 

Julie

 

série Netflix

Série Netflix : Tiger King / Au royaume des fauves

Hello !!

La dernière série que nous avons dévorée c’est Tiger King … Au royaume des fauves en français.

 

Savez-vous qu’il y a plus de tigres de compagnie aux USA que dans le reste du monde en liberté ?

Même si des projets de lois existent , il n’est  actuellement pas interdit de posséder ces « big cats  »  dans de nombreux Etats .

Que ce soit à titre privé , sous forme de zoo ou de sanctuaire , des personnes sans qualification particulière possèdent ces animaux.   Les visiteurs peuvent caresser des lionceaux ou encore se faire photographier à côté d’un tigre …

Il s’agit d’un business de trafic d’animaux , des guerres entre zoos , de gens tous plus bizarres les uns que les autres …

Joe Exotic , le « héros » de la série vaut le détour ( je ne vous dis rien )… tout comme Carole Baskin sa rivale …

La réalité est souvent pire que la fiction , tout est là , armes , disparitions , drogue , règlements de compte .

À bientôt !

Julie

________________________________________________

Tiger King

Netflix

Sortie Mars 2020

7 épisodes +1 ( 41 à 48 min )

 

Notre quartier de Tokyo la nuit

Hello !!

J’ai toujours aimé aller me promener le soir . Cela me rappelle les vacances et  les soirs de 8 décembre à Lyon .

La nuit on perçoit les choses différemment . Lorsque je passe en journée dans mon quartier , c’est souvent avec une mission en tête ou encore à vélo . Je ne prends donc que trop peu le temps d’observer ce qui m’entoure . Mais le soir c’est différent . Tout change .

En ce moment on sort le soir avec les filles , cela permet de se dégourdir les jambes sans croiser personne et ainsi de limiter les contacts . Ici à Tokyo la nuit tombe vite , vers 18h15 en ce moment. Ainsi vers 19 h c’est déjà nuit noire .

Nous allons dans les ruelles résidentielles derrière chez nous et c’est l’occasion de découvrir des maisons assez extraordinaires . On peut vraiment voir toutes sortes d’architectures , du contemporain au traditionnel en passant par des maisons en ruine …

Voici quelques photos de nos escapades nocturnes dans les quartiers de Tomigaya / Yoyogi / Uehara / Komaba …

En espérant que tout va bien chez vous , bon confinement et à bientôt !

Julie

 

Lecture : Et si les chats disparaissaient du monde…

Hello !!

En ce moment de confinement vous avez peut-être davantage de temps pour lire … alors voici une suggestion !

Je poursuis ma découverte du rayon littérature japonaise … après J‘aimerai manger ton pancréas et La fille de la supérette , je me suis attaquée à :

Et si les chats disparaissaient du monde … par Genki Kawamura .

J’avoue je choisis la plupart de mes livres au titre . Et celui-ci ne pouvait que m’interpeller. Bon d’accord , je choisi aussi à la couverture …

C’est vrai ça , imaginez-vous un monde sans chat ?

Le héros de ce roman va devoir répondre à cette question cruciale …

Voici comment cette histoire commence . Le narrateur apprend qu’il n’en a plus que pour quelques jours . Il va mourir . Quand tout à coup , le diable en personne lui apparait et lui propose un pacte . S’il veut gagner un jour de vie , il devra renoncer à quelque-chose en échange .

Mais attention , c’est le diable qui choisi ce qu’il élimine du monde …

Au début cela parait être une aubaine . Au début seulement .

Ce livre est à la fois plein d’humour et triste .

Qu’est-ce qui compte vraiment pour nous ? A quoi sommes-nous prêts à renoncer ? Pourquoi a-t-on si peur de mourir ?

J’espère que cela vous aura donné envie de le lire . Ou de le voir car le livre a été adapté en film en 2016.

A bientôt !

Julie


Et si les chats disparaissaient du monde

de Genki Kawamura

chez Pocket

n° 17281

6,50 euros

Lecture : Je veux manger ton pancréas

Hello !!

Je poursuis ma découverte de la littérature japonaise .

Cette fois , j’ai lu : Je veux manger ton pancréas de Yoru Sumino .

Vous aimez les romans d’aventures et les épopées fantastiques ? Alors ce livre n’est pas pour vous …

Ce roman est assez lent , nonchalant presque , on connait la fin dès le début .Il y a peu de personnages et peu d’action . Et pourtant , une fois entamé , on ne peut s’empêcher de poursuivre la lecture …

L’héroïne va mourir .

C’est l’histoire d’une rencontre entre 2 lycéens que tout oppose . Sakura est malade , elle n’en a plus pour très longtemps et décide de vivre au mieux ses derniers temps en préservant ses amis mais aussi sa joie de vivre .  Lorsqu’elle rencontre Haruki , elle partage avec lui son secret car il a découvert fortuitement le journal intime qu’elle tient. Elle va désormais passer une bonne partie de son temps avec lui , ce quasi inconnu solitaire et renfermé incapable d’émotions, en se fixant une mission : lui apprendre à s’ouvrir aux autres pour s’épanouir .

J’ai aimé ce livre , dont le style est très différent de ce que j’ai l’habitude de lire . Encore une fois on en apprend beaucoup sur la culture japonaise , les jeunes , leurs envies , leurs émotions …

Je ne vous en dirai pas plus !

Voici la 4 ème de couverture ,

À bientôt !

Julie

————————————————————————-

Je veux manger ton pancréas

de Yoru Sumino

chez Pika Roman

16,95 euros

338 pages

Lecture : La fille de la supérette

Hello !!

Au Kinokuniya de Shinjuku , il y a un très chouette rayon littérature en français . Il y a des classiques , des nouveautés, un rayon enfant , des b.d. et aussi une belle sélection de littérature japonaise traduite ( ça aide hein ! ) .

J’ai donc craqué récemment sur plusieurs livres d’auteurs japonais .

Voici le premier que j’ai lu : La fille de la supérette de Sayaka Murata .

Le titre original est Konbini .

Les konbinis , ce sont ces supérettes ouvertes 24/24 h que l’on trouve un peu partout au Japon , comme les 7/11 , les Lawson , Family Mart … On y trouve des plats préparés , les produits du quotidien de base , des magazines , on peut y payer ses factures , faire des photocopies , retirer de l’argent , imprimer des photos , prendre un café , etc …

Oui , c’est ouvert même quand il neige …

Ce livre  vendu à plus d’un million d’exemplaires au Japon a reçu le prix Akutagawa , équivalent du Goncourt .

Il s’agit de l’histoire Keiko . Keiko est une petite fille différente de ses amis , elle ne rentre pas dans le moule . Lorsqu’elle grandi , c’est en travaillant dans un konbini qu’elle trouve son équilibre . Sa vie est réglée comme du papier à musique . Sa routine ne tourne qu’autour de la supérette , ses bruits , ses odeurs , ses automatismes et cela lui convient parfaitement .

Les employés se succèdent mais elle ,reste . et ça commence à poser question . Elle doit justifier son statut de célibataire ayant passé la trentaine et travaillant toujours dans un konbini que ce soit auprès de sa famille , ses amis ou ses collègues .

Ce petit bouquin vous en apprendra beaucoup sur la façon dont sont vus les gens qui ne se fondent pas dans la société et ses attentes .

Je ne vous en dit pas plus …

Allez lire si ça vous tente !

À bientôt !

Julie


Sayaka Murata

La fille de la supérette

chez Folio ( n° 6633)

Kinokuniya Shinjuku