Être enceinte au Japon

Hello !

Notre petit 3 ème est en route !

Et cette fois ci pour la première fois , mon suivi de grossesse et mon accouchement ne se feront pas en France mais au Japon .

J’avoue être contente d’avoir un peu d’experience . J’ai ainsi une idée de ce qui m’attend pour les mois qui arrivent même si chaque grossesse a ses nouveautés bien sûr !

Pour mes filles j’ai été suivie à la maternité de La Croix-rousse , à Lyon . Il s’agit d’un hôpital public et j’avoue avoir été satisfaite des soins et du personnel soignant .

Pour ce 3 ème petit , les choses s’annoncent différemment .

Je suis à 10 000 kilomètres de chez moi , et je prévois d’accoucher à Tokyo . J’aurai bien fait venir ma maman pour quelques semaines mais actuellement les frontières sont toujours fermées et nous n’avons aucune idée de ce que sera la situation à l’automne .

Alors qu’est-ce-que cela change ?

Et bien finalement , pas mal de choses …

Je découvre au fur et à mesure que ma grossesse avance , les démarches à effectuer et les spécificités du suivi ici .

Comme dans toutes les grandes villes , il faut s’inscrire très rapidement dans la maternité que l’on choisit pour « réserver sa place » . Pour le privé , il faut même déjà payer pour garder sa place .

Pour le choix de la maternité , cela a été assez simple , j’ai choisi la clinique dans laquelle mon gynécologue exerce , il parle anglais et pratique les péridurales ( ce qui n’est pas systématiquement possible ici). Certaines n’ont pas d’anesthésiste du tout et d’autres seulement en semaines aux heures ouvrables … La maternité bénéficie d’un service de réanimation sur place et d’urgences pour les petits , bref , tout ce que je recherchais .

J’ai été étonnée de voir que mon médecin fait  » tout  » ! Des rdv de suivi , aux échographies , à l’accouchement , césarienne si nécessaire , péridurale , un seul interlocuteur . Il est partout ! (je me demande quand est-ce-que cet homme se repose …).

Le suivi est assez classique pour le 1 er trimestre avec une échographie de datation , puis une échographie à 12 semaines d’aménorrhée , à ce moment il y a le tri test , avec prise de sang , mesures diverses dont la clarté nucale qui induisent ou non selon les résultats des examens plus poussés . Ici on peut bénéficier si nécessaire du NIPT ( test adn non invasif ), il me semble que ce test n’est pas disponible de partout . Lors de ce rdv des 3 mois il y a aussi toute une pléiade de calculs de risques , quels sont les risques de preeclampsie ? de prématurité ?

Au 4 ème mois , rdv classique avec écho , au 5 ème mois échographie morphologique .

Au 6 ème mois j’aurai le test du glucose , ce qui est il me semble un peu plus tard qu’en France. Il semblerait aussi que les modalités ne soient pas les mêmes , je vous raconterai ça .

Petite update : j’ai passé le test du glucose et tout va bien . Ici on ne fait pas directement le test sur 2 h mais on commence avec une version soft et si les résultats sont bons on s’arrête là . Je n’ai donc eu que le test de base . Pas besoin d’être à jeun , ingestion de 50 g de glucose ( servi frais , sorte de soda au citron , ça passe ) et prise de sang à 1 h .

1 visite prévue au 7 ème mois

Puis toutes les 2 semaines pour le 8 ème mois ,

Puis 1x/ semaine pour le 9 ème mois …

A chaque rdv , analyse d’urine , tension artérielle , pesée , échographie . Bref on est bien surveillée ! Les analyses de sang sont ponctuelles et se font sur place , c’est pratique , pas besoin d’aller dans un laboratoire extérieur . Dès la première échographie , les images sont mises sur clé USB , ce qui permet de repartir avec la vidéo de l’écho , appréciable car pour cause de covid 19 les papas ne sont pas autorisés aux rdv au début de ma grossesse ( maintenant c’est à nouveau possible ). 

Concernant la partie administrative , dès que l’on apprend sa grossesse , il faut aller la déclarer auprès des services de la mairie . Aucun justificatif n’est demandé …

On vous remet alors tout un tas de documents dont le livret maman/ bébé qui fait office de carnet de grossesse puis de carnet de santé pour le bébé .

On reçoit aussi une enveloppe contenant les coupons nécessaires pour le remboursement de la part des soins prise en charge par l’Etat .

Avec tout ça plein de prospectus divers pour des services d’aide , de conseils et aussi des cours de préparation ( dont 1 auquel j’aurai adoré trainer mon mari car il y a essai d’un « ventre de grossesse  » pour le partenaire … oui oui … ).

Il y a un entretien entre la 15 ème et la 32 ème semaine d’aménorrhée , je compte m’y rendre afin de connaitre les démarches à effectuer à la naissance pour la déclaration du bébé par exemple . En participant à cet entretien , vous recevez un « kit naissance » durant la 33 ème semaine fourni par la ville( j’ai hâte de voir ce qu’il contient ! ).

Justement ce rdv , j’y suis allée depuis la première parution de l’article . On nous remet une sorte de planning avec les rdv possibles via la mairie , suivi , préparation , vaccins du bébé , services disponibles . Aussi on m’a remis à cette occasion une carte de taxi d’une valeur de 10 000 yens ( sympa ! et ce n’est pas réservé pour se rendre aux rdv médicaux …).

Je recevrai mon welcome package pour bébé au mois de novembre .

C’est également là que l’on nous remet le petit badge qui indique que l’on est enceinte , utile dans les transports en commun et aussi en cas de malaise par exemple .

Petite spécificité ici : enceinte on peut s’inscrire auprès d’une compagnie de taxi qui propose ses services aux futures mamans . Après inscription , on reçoit une carte de membre avec un numéro d’adhérent et il est possible de commander un taxi pour ses rdv médicaux ou son shopping . Mais sur cette carte il y a aussi un numéro prioritaire spécial pour le jour de l’accouchement . Le taxi vient chez vous ( vous avez rentré toutes les infos au préalable ) et sait où il doit vous emmener . Ces chauffeurs ont reçu une formation auprès de sage-femmes et peuvent prodiguer une aide de base . Ils ont un kit spécial , des sièges waterproof , et ne font pas payer de frais supplémentaires en cas de perte des eaux sur la banquette arrière ! Bref je ne sais pas si j’utiliserai leurs services mais je trouve rassurant d’être inscrite et aussi malin afin de ne pas saturer les ambulances ou pompiers.

Je me suis inscrite sur km my taxi , qui couvre tous les arrondissements de Tokyo .

Sinon , là où ça se complique c’est par exemple pour les vêtements de grossesse … il y a peu d’offre ou alors c’est bof bof … vous pouvez trouver quelques vêtements chez Muji ou Uniqlo , en ligne sur H&M et Gap . Les grands magasins type Isetan proposent aussi des rayons maternité mais pas toujours adaptés aux non japonaises . 

Mention spéciale pour les vêtements de nuit d’allaitement , look grand-mère dans le petit chaperon-rouge garanti ! ( couleur pastel, dentelle , longueur jusqu’aux pieds et col bien haut …). 

Bref je commande en ligne pour trouver ( ma taille … ) et mon bonheur ! 

Mes copines ayant accouché ici m’ont un peu parlé du séjour la maternité qui s’annonce prometteur , mais patience … je vous raconterai ça plus tard . 

Pour l’instant j’en suis à 21 semaines , je me sens bien suivie . Le fait de ne voir qu’un spécialiste favorise un meilleur suivi . 

Je mettrai  cet article à jour petit à petit en fonction de mes futures découvertes …

À bientôt !

Julie

 

 

 

 

 

Lecture : Je veux manger ton pancréas

Hello !!

Je poursuis ma découverte de la littérature japonaise .

Cette fois , j’ai lu : Je veux manger ton pancréas de Yoru Sumino .

Vous aimez les romans d’aventures et les épopées fantastiques ? Alors ce livre n’est pas pour vous …

Ce roman est assez lent , nonchalant presque , on connait la fin dès le début .Il y a peu de personnages et peu d’action . Et pourtant , une fois entamé , on ne peut s’empêcher de poursuivre la lecture …

L’héroïne va mourir .

C’est l’histoire d’une rencontre entre 2 lycéens que tout oppose . Sakura est malade , elle n’en a plus pour très longtemps et décide de vivre au mieux ses derniers temps en préservant ses amis mais aussi sa joie de vivre .  Lorsqu’elle rencontre Haruki , elle partage avec lui son secret car il a découvert fortuitement le journal intime qu’elle tient. Elle va désormais passer une bonne partie de son temps avec lui , ce quasi inconnu solitaire et renfermé incapable d’émotions, en se fixant une mission : lui apprendre à s’ouvrir aux autres pour s’épanouir .

J’ai aimé ce livre , dont le style est très différent de ce que j’ai l’habitude de lire . Encore une fois on en apprend beaucoup sur la culture japonaise , les jeunes , leurs envies , leurs émotions …

Je ne vous en dirai pas plus !

Voici la 4 ème de couverture ,

À bientôt !

Julie

————————————————————————-

Je veux manger ton pancréas

de Yoru Sumino

chez Pika Roman

16,95 euros

338 pages

Lecture : La fille de la supérette

Hello !!

Au Kinokuniya de Shinjuku , il y a un très chouette rayon littérature en français . Il y a des classiques , des nouveautés, un rayon enfant , des b.d. et aussi une belle sélection de littérature japonaise traduite ( ça aide hein ! ) .

J’ai donc craqué récemment sur plusieurs livres d’auteurs japonais .

Voici le premier que j’ai lu : La fille de la supérette de Sayaka Murata .

Le titre original est Konbini .

Les konbinis , ce sont ces supérettes ouvertes 24/24 h que l’on trouve un peu partout au Japon , comme les 7/11 , les Lawson , Family Mart … On y trouve des plats préparés , les produits du quotidien de base , des magazines , on peut y payer ses factures , faire des photocopies , retirer de l’argent , imprimer des photos , prendre un café , etc …

Oui , c’est ouvert même quand il neige …

Ce livre  vendu à plus d’un million d’exemplaires au Japon a reçu le prix Akutagawa , équivalent du Goncourt .

Il s’agit de l’histoire Keiko . Keiko est une petite fille différente de ses amis , elle ne rentre pas dans le moule . Lorsqu’elle grandi , c’est en travaillant dans un konbini qu’elle trouve son équilibre . Sa vie est réglée comme du papier à musique . Sa routine ne tourne qu’autour de la supérette , ses bruits , ses odeurs , ses automatismes et cela lui convient parfaitement .

Les employés se succèdent mais elle ,reste . et ça commence à poser question . Elle doit justifier son statut de célibataire ayant passé la trentaine et travaillant toujours dans un konbini que ce soit auprès de sa famille , ses amis ou ses collègues .

Ce petit bouquin vous en apprendra beaucoup sur la façon dont sont vus les gens qui ne se fondent pas dans la société et ses attentes .

Je ne vous en dit pas plus …

Allez lire si ça vous tente !

À bientôt !

Julie


Sayaka Murata

La fille de la supérette

chez Folio ( n° 6633)

Kinokuniya Shinjuku

 

J’ai testé le Kintsugi

Hello !!

Hier , avec une copine , je suis allée à un cours de Kintsugi .

Le kintsugi (金継ぎ?, « jointure en or ») ou kintsukuroi (金繕い?, « réparation en or ») est une méthode japonaise de réparation des porcelaines ou céramiques brisées au moyen de laque saupoudrée de poudre d’or

Source et + d’infos par ici :https://fr.wikipedia.org/wiki/Kintsugi

Il s’agit de réparer un objet , généralement en céramique ou en porcelaine tout en le sublimant .

Ainsi l’objet cassé puis réparé garde sa cicatrice , symbole de son histoire , mais se trouve sublimé par l’ajout de matière précieuse , or , argent ou cuivre .

Ce procédé est un art à part entière qui requiert de nombreuses compétences dont la patience …

A la base c’est un art , désormais on utilise aussi le Kintsugi comme une forme d’art-thérapie .

En effet , l’introspection fait partie de la rénovation . On part d’un objet brisé qui n’aurait plus de valeur , mais finalement , à force de soins , l’objet reprend vie , garde certes des stigmates , mais en ressort plus fort et plus beau ,avec une valeur ajoutée .

J’ai fait ce cours avec Lauren de Bestlivingjapan , dans son atelier à Minami -Azabu .

Nous étions 6 . En entrant dans la salle nous avons choisi notre objet brisé . Bien sûr certains l’étaient plus que d’autres et demandent donc plus de travail .

Voici les différentes étapes :

  • tout d’abord on utilise pâte epoxy . On en fait un boudin adapté à la longueur de la cicatrice puis on maintien les pièces ensembles assez fortement durant quelques instants.
  • On enlève le surplus pendant que c’est encore un peu frais car  cela durci très vite.
  • Une fois les pièces bien en place vient l’étape la plus longue , il faut racler , gratter pour ajuster au mieux
  • ensuite on ponce
  • on laque la veine
  • on peut enfin passer à la dernière étape , l’application de feuilles d’or .
  • On laisse sécher et on époussette le surplus le lendemain .

Ensuite on peut admirer son oeuvre ( et on n’est pas peu fier quand c’est fait hein ! ) .

La leçon dure environ 3 h .

Cependant durant le façonnage on sent bien que l’on peut faire cela pendant très longtemps … à chacun de voir le degré de perfection recherché …

J’ai beaucoup aimé cette activité et je vais acheter le matériel nécessaire pour pouvoir faire cela chez moi . Ainsi j’ai presque hâte de casser de la vaisselle !

Bref , voici une bien jolie manière de réparer et ainsi de donner une seconde vie à vos objets .

À bientôt !

Julie

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Pour vous inscrire aux cours avec Lauren de Best living Japan , c’est par ICI !

J’ai assisté à une journée de préparation aux catastrophes pouvant survenir au Japon

Hello !!

Nous vivons à Tokyo depuis plus de 3 ans maintenant . Nous avons des tremblements de terre trèèèsss régulièrement . Mais vraiment , je peux vous dire qu’on ne s’y habitue pas . Cette nuit encore nous avons été réveillés par une alarme sur nos téléphones vers 2 h du matin pour prévenir de l’approche immédiate d’un tremblement de terre … et en effet ça a bien bougé … heureusement il n’y a pas eu de dégâts .

le tremblement de terre de cette nuit a pris naissance sous la croix rouge  

Il y a 70 % de risques d’avoir un événement majeur dans les 30 prochaines années , alors même si on sait que rien ne prépare véritablement à cela , rien n’empêche d’avoir quelques bases qui pourraient s’avérer utiles .

Cette semaine , avec mon amie Aurélie nous sommes allées à une journée de préparation ( disaster preparedness drill )pour les étrangers , donc avec des traducteurs en anglais .

La formation a duré environ 3 heures durant lesquelles nous avons pu expérimenter différents ateliers .

Ainsi nous avons testé la traversée de fumée , un tremblement de terre d’intensité 5 , une session en réalité virtuelle avec secousses comme si nous étions à l’intérieur d’une maison qui fini par s’effondrer ( flippant à souhait …) , utilisation d’extincteurs , découverte d’un centre d’hébergement de secours , visite d’une ambulance , rencontre avec différents acteur de la sécurité , séance de gym ( je vais vous expliquer ça après promis !), distribution de sacs avec livres et matériel utile , atelier DIY … bref une journée bien remplie !

Nous avons commencé la journée en installant sur nos téléphones l’App VoiceTra qui permet de se faire comprendre dans de nombreuses langues et donc de communiquer même lorsqu’on ne parle pas japonais .

Ensuite nous avons utilisé des extincteurs , puis traversé une tente enfumée .

Après ça nous avons testé dans une petite camionnette un tremblement de terre d’une intensité 5 pendant 15 secondes … je peux vous dire que ça secoue et qu’on était bien contentes que ce soit  » pour de faux ! ». Il fallait donc se mettre sous la table , attendre que cela cesse et quitter la pièce en n’oubliant pas d’éteindre le compteur d’électricité .

Atelier suivant , la réalité virtuelle , nous voici dans un camion , comme a la fête foraine , avec des lunettes spéciales . Nous sommes plongés dans une maison , à la première secousse la femme se met à l’abri sous la table , tout les objets tombent autour d’elle , la maison est sans dessus dessous , elle va ensuite près de la fenêtre et là ,2 ème secousse , les meubles tombent , les vitres se brisent . A la 3 ème secousse , c’est la maison qui s’effondre … on visualise assez bien la situation de part l’immersion de l’expérience . Et on comprend facilement l’intérêt de se protéger  en cas de secousses.

Après cela nous avons rencontré des militaires qui ont proposé quelques ateliers comme par exemple se faire un lit de fortune avec des bâches , comment réagir en cas d’hémorragie …

Il y avait également une exposition avec des photos des dernières catastrophes .

Nous avons également vu à quoi peut ressembler  un centre d’évacuation et quels en sont les équipements , lits en carton , couvertures , nourriture , toilettes , un espagnol était déchainé dans notre groupe et ravi de faire le clown dans les wc temporaires.

S’en est suivi une visite de stands de divers organismes de prévention ; matériel pour les sacs d’urgences , stages de formation , distribution de la  » bible  » du bosai , le nom japonais donné pour la préparation aux catastrophes . A cette occasion , j’en ai profité pour télécharger différentes App dont Disaster preparedness Tokyo regroupe bon nombres d’informations capitales ( et en plus elle est disponible en anglais ) , comme par exemple le plan avec tous les points utiles en cas d’évènement majeur , point d’évacuations / hôpitaux / points d’aide … mais aussi toutes les consignes de préparation , d’aménagement de votre maison , une foule de choses qui peuvent se révéler indispensables .

 

On a aussi eu droit à un atelier DIY pour fabriquer des masques avec du sopalin et des élastiques , mais on peut aussi faire des pantoufles en papier journal …

Mais le clou de spectacle c’était la seance de sport ! On a fait de la gym et des exercices recommandés en cas d’évacuation . En effet les risques de constipation sont majeurs ( imaginez des milliers de gens immobiles à manger seulement du riz pendant quelques jours sans bouger … ) plus le stress , bref on a fait une petite session en se prenant pour une feuille d’algue … avec un moniteur en jogging sur une estrade qui nous a rappelé l’intérêt d’être prêts aussi physiquement .

Cette journée était très instructive et je ne peux que vous recommander d’y assister si vous vivez ici . Ah oui et bien sûr on a passé la journée avec les mascottes ( pompiers , police, armée et bosai ) qui ont fait les ateliers avec nous ! On a appris beaucoup de choses et l’organisation était remarquable .

Pour savoir quand aura lieu la prochaine session , allez voir sur le site du metro government building .

J’espère que ces informations pourront vous aider à vous préparer au mieux … n’hésitez pas si vous avez des questions je ferai de mon mieux pour vous répondre .

À bientôt ,

Julie

 

 

 

Carnet de bord n° 18 : on a survécu à l’été , on est prêts pour la rentrée !

Hello !!

Cet été , nous sommes restés à Tokyo . C’était la première fois .

Alors comme dans tout , il y a du bon et du moins bon …

Je vous explique cela point par point .

  • bon ba forcément on n’a pas vu la famille et les amis MAIS nous avons fait venir nos mamans , ce qui a un peu contrebalancé ce non retour en France puisque la France est un peu venue à nous avec la visite des mamies et leurs valises garnies .
  • on n’est pas partis en vacances ,MAIS on a profité d’avoir le temps pour découvrir certains coins et faire toutes ces choses qu’on remet toujours à plus tard , activités diverses et sorties sympas.
  • on a eu chaud MAIS c’est l’été hein c’est un peu normal … et en plus apparement on a eu un été assez clément , même pas de typhon …
  • c’est dur de voir les copines / copains en vacances MAIS on a tout de même suivi une partie de leurs aventures et rêvé devant leurs photos trop instagrammables , couchers de soleil , apéros , repas , plages et paysages .
  • on a gardé notre rythme donc pas besoin de se rephaser avant la rentrée / pas de jetlag
  • pas de corvée de valises
  • pas de stress du voyage ( je rappelle que j’ai peur de l’avion )
  • pas de séparation estivale , les autres étés j’ai laissé mon mari pour plusieurs semaines , cette fois on est restées , et en plus grace aux mamies on a pu se faire des restos en amoureux .

Ces quelques semaines , je m’en faisais une montagne mais finalement c’est passé vite .

Alors voilà , on a survécu à ces 3 mois de break ( oui oui , les enfants ont eu 3 mois de vacances !!!)

Dans quelques jours ce sera la rentrée , notre 4 ème année ici va commencer … nous sommes prêts …

Je vous laisse avec quelques photos de notre été , et j’espère que le votre s’est bien passé !

À bientôt !

Julie

 

Carnet de bord n°17 : une nouvelle année scolaire s’achève

Hello !!

Le dernier carnet de bord que j’ai posté date de mai 2018 … il y a 1 an ! Vous rendez-vous compte !

Il est temps de faire un point .

Alors où en sommes nous ? Ba ça va merci . L’année a filé à toute allure . Je n’ai pas vu passer le temps . L’été approche à grand pas . Je le sais car les moustiques sont revenus … ( je me suis même fait piquer au milieu du front , super …) .

Avec l’été ( et les moustiques ) vient aussi la chaleur , la fin de l’école (pour 3 MOIS !!! ) , les typhons ET le cortège des départs en vacances ou définitifs .

Car oui , c’est la saison durant laquelle les expats partent chez eux pour l’été et aussi la saison que choisissent généralement les familles pour déménager et emménager .

Ainsi nous allons devoir prochainement dire au revoir à plusieurs familles dont nous sommes proches et ce n’est pas évident .

Cette année pas de retour en France pour nous . La France vient à nous avec plusieurs visites prévues durant cette saison estivale . Aussi nous prévoyons de voyager au Japon .

J’espère que nous ne souffrirons pas trop de la chaleur . On verra bien …

Quand je me replonge dans les photos des derniers mois , je me dis que quand même on a fait un paquet de choses ! ( note pour moi même penser à faire un livre photo chez https://print-ooblik.fr ) . Je pars du début de l’année , vous aller voir l’herbe jaunie par la sécheresse et l’arrivée du printemps , des fleurs , des plages , des paysages …

Je vous laisse avec les plus jolies photos des derniers mois :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À bientôt !

Julie

Le musée de l’espace , TenQ , space museum

Hello !!

Si je vous dit qu’hier on est allés se promener en famille sur la lune ?

Bon ok , vous ne me croyez pas …

En fait nous sommes allés au musée de l’espace TenQ au Tokyo Dome City .

Ce complexe de loisirs en plein centre de Tokyo se concentre autour du Tokyo Dome et regroupe à peu près tout ce qui se fait en matière de divertissements … manèges pour petits et grands , stade de Baseball , bowling , mur d’escalade , salle de paris pour les courses de chevaux , salles de jeux … etc ….

Dimanche c’est le TenQ que nous avons exploré .

Au 6 ème étage du bâtiment jaune , se trouve le musée .

Tous les 1/4 d’heure un spectacle débute et vous entraine dans un tunnel sombre pour vous mettre dans une ambiance spaciale . Une première salle  vous attend avec un petit film et les murs avec leurs cubes étranges  qui prennent vie . Une seconde pièce vous entraine autour d’un grand écran circulaire pour plonger dans le cosmos .

Après les films vous arrivez dans le musée , les explications sont pour la plupart en japonais et en anglais . Il y a des expériences , des jeux .  Plusieurs salles s’offrent  à  vous , c’est assez interactif et nos filles ont trouvé toutes les deux des activités à faire .

Les planètes , les découvertes récentes , de belles photos de l’espace , si cela vous intéresse allez y faire un tour !

Si vous me connaissez , vous savez que j’adore les boutiques des musées …

Ici c’est l’occasion de repartir avec de la nourriture d’astronaute par exemple !

À bientôt !

Julie


TenQ 

A partir de 4 ans

De 11h à 21 h

Tarifs : Adultes 1800 yens / Enfants 1200 yens

 

 

Bref j’ai fait renouveler mon permis de conduire

Hello !!

Vivre à Tokyo est devenu plus simple désormais . La routine presque . Presque seulement . Car si désormais faire les courses , aller chez le médecin , toutes ces choses compliquées quand on débarque n’est plus d’une complexité dingue , il existe des journées comme aujourd’hui où je me rappelle que j’habite un pays qui n’est pas le mien et dont je ne saisis vraiment pas tout …

Il y a quelques semaines j’ai reçu par courrier un étrange message avec tellement de choses écrites que même Google Trad galère à traduire cette missive … J’ai juste compris qu’il y avait inscrit mon nom , mon adresse , une date et une somme à payer .

Est-ce une amende ? Un impayé ? une facture de je ne sais quoi ? Aucune idée …

Heureusement j’ai montré ça à mes copines japonaises qui m’ont expliqué qu’il s’agit de la notification pour aller faire renouveler mon permis de conduire japonais .

Le mois de notre anniversaire , tous les 2 ans il me semble , il faut renouveler sa license . Ici le permis n’est pas permanent .

Si lors de notre arrivée nous avions juste procédé à une sorte de traduction de notre permis , cette fois pour le renouvellement n’est pas tout à fait identique .

Tout d’abord après avoir déposé mes filles à l’école , nous sommes allées avec une amie dans un centre spécialisé à Samezu ( bout du monde pour moi , un métro , une JR line , un bus à l’heure de pointe …).

L’heure de pointe d’ailleurs , parlons-en … Je ne prends jamais le métro aux heures de pointe . J’ai la chance de déposer mes enfants à l’école à 5 minutes de vélo .

Mais là , pas le choix . Je n’ose imaginer ce que c’est que de vivre cela tous les jours de sa vie . Compactée dans un wagon surchauffé d’un calme abyssal , je ne peux absolument plus bouger . Nous n’avons d’ailleurs pas réussi à monter dans le premier train , à l’arrivée du suivant on est rentrées en force , comme les autres … heureusement si vous êtes à moitié en dehors de la rame , des gentils messieurs sur les quais vous poussent pour que « ça rentre « . Et ça fini toujours par rentrer . Quand tu crois que le wagon est plein , tu peux toujours rajouter des gens . Aucune plainte , pas la moindre manifestation négative . Ils sont tous d’une impassibilité remarquable . Pour eux c’est normal . Pour moi on n’est pas loin de la crise d’angoisse …

Petite illustration pour que vous compreniez mieux :

Bon , après ce trajet , nous y sommes …

Accueil , on présente nos papiers , il faut aller au guichet 1

Guichet 1 : il faut remplir un papier … personne ne parle anglais , heureusement il y a un papier d’aide .

Guichet 2 il faut payer la fameuse somme inscrite sur le courrier

Guichet 8 il faut choisir des codes PIN pour le retrait du permis …

Guichet 3 , test de vision

Guichet suivant  ( je sais plus où j’en suis pour les numéros vous ne m’en voudrez pas ! ) on donne ses papiers , ils sont vérifiés et on nous rappelle quand tout est bon .

Guichet d’après : photo

on passe maintenant au 2 ème étage .

Là on nous donne une enveloppe avec des fascicules de sécurité routière et un horaire pour la prochaine session de  » lecture « .

Attente jusqu’au début de la session à 11:10 en salle 27 .

C’est parti pour  2 heures de rappels de sécurité routière , sur les croisements , les angle-morts , l’alcool au volant  etc , le tout en japonais . Là on se dit que s’il y a maintenant un test , c’est foutu pour nous …

Mais non . Durant cette session le monsieur qui anime surveille les gens qui s’endorment , jouent sur le téléphone ou autre . A la fin on a droit à un coup de tampon sur notre papier , on nous libère .

On arrive dans une salle bondée . Avec plein de panneaux et de numéros . On craint le pire mais finalement nos numéros sont appelés rapidement . On tend notre papier , on récupère en échange notre permis .

On passe maintenant sur une borne , on rentre notre code PIN du début , on vérifie que les informations sur notre license sont correctes et VOILA !

C’est fini … libérées , délivrées …

Il faut compter environ 3 heures minimum en semaine , en arrivant assez tôt .

Je dois dire que tout a été assez fluide malgré le nombre important d’étapes , grace au nombre impressionnant d’employés .

C’est fait , mon permis est à nouveau valable .

Pfiou , suis lessivée .

Au fait , ici je ne conduis pas … c’est juste « au cas où  » car c’est mon mari qui utilise la voiture …

 

À bientôt !

 

Julie

 

 

 

Lecture : Nos voyages intérieurs , vers une renaissance au Japon

Hello !!

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu autre chose qu’un roman .

Je crois même n’avoir jamais lu un livre de voyage . Je reste généralement sur les guides touristiques .

Mais voilà , j’ai fini Nos voyages intérieurs , vers une renaissance au Japon , de Claire et Reno Marca .

Ce livre est spécial .

Claire est auteure et Reno est photographe et dessinateur . A eux 2 ils forment une équipe de voyageurs .

Madagascar , L’Algérie , le Soudan , La Chine , L’Inde ils se sentent vivants en mouvement .

Ils aiment les découvertes , les rencontres , le voyage en lui même fait partie de leurs vies . Il semble que c’est comme leur oxygène . Quand ils ne voyagent pas , ils travaillent sur le voyage d’avant ou préparent le suivant . Pourtant la vie va les en empêcher pendant un temps .

Après une pause nécessaire et involontaire , c’est au Japon qu’ils vont chercher un nouvel air .

Pour le partie sur le Japon , presque plus de texte , place aux illustrations .

Trouveront-ils ce qu’ils sont venu y chercher ? Mais d’ailleurs que cherchent-ils ? J’ai mon idée sur le sujet .

Un seul moyen de le savoir … lisez le bouquin !

Les textes sont riches et personnels , et les dessins sont magnifiques .

Pour ceux qui seraient à Paris du 8 mars au 8 avril 2019 , une exposition se tiendra à la Galerie 26 au 26 place des Vosges . Par ici pour plus d’infos.

Merci Séverine pour la jolie découverte .

À bientôt !

Julie


Nos voyages intérieurs , vers une renaissance au Japon

Claire et Reno Marca

Flammarion

226 pages

25 euros